CH8 - Centre de chirurgie et de thérapie de la main - Genève - Suisse

Problèmes médicaux fréquents

Arthrose de la base du pouce

Qu’est-ce que l’arthrose ?

Tout ce qui peut causer l’irritation et la destruction du cartilage recouvrant une articulation se termine par l’arthrose. Dans une articulation normale, le cartilage recouvre les deux surfaces osseuses et permet un mouvement harmonieux et indolore. Lors d’arthrose, l’épaisseur du cartilage diminue et les surfaces osseuses frottent, entraînant progressivement douleur, déformations et diminution de la mobilité.

L’articulation de la base du pouce est fréquemment atteinte d’arthrose (appelée dans ce cas rhizarthrose). L’architecture très particulière de cette articulation unique dans le corps humain lui donne une mobilité très large dans plusieurs plans et la capacité de faire une pince avec les autres doigts.

Qui peut être atteint ?

La rhizarthrose est plus fréquente chez la femme. Elle survient habituellement à partir de la quarantaine. Des traumatismes antérieurs de cette région (entorses, fractures) peuvent augmenter les chances de développer une arthrose.

Signes et symptômes.

Le premier symptôme d’une rhizarthrose est la douleur lors d’activités nécessitant de pincer un objet entre le pouce et l’index, en particulier lorsqu’un mouvement de rotation et d’ouverture de la première commissure lui est associé, comme par exemple d’ouvrir un bocal, un robinet ou de tourner une clef dans une serrure. L’articulation peut être sensible aux changements de temps et de température. La douleur apparaît plus tôt à mesure que la maladie progresse. La force de la pince diminue et la base du pouce peut gonfler. Finalement, souvent après plusieurs années d’évolution, la base du pouce se déforme et la mobilité diminue, rendant parfois la pince difficile, voire impossible.

Diagnostic.

La simple inspection suffit souvent à poser le diagnostic dans les cas avancés, lorsque la déformation est évidente. Dans les cas moins sévères, la palpation de l’articulation malade est douloureuse, l’inflammation des tissus est perceptible et la mobilisation en compression provoque un grattement articulaire typique. La mobilité du pouce est diminuée, de même que la force de la pince lorsqu’elle est mesurée. Les radiographies démontrent le siège et l’importance de l’arthrose.

Traitement.

Dans les cas relativement légers ou débutants, le traitement est non chirurgical et consiste en anti-inflammatoires et port d’une attelle amovible du pouce pour en limiter les mouvements. Une injection d’un dérivé synthétique de cortisone peut être très efficace, mais de manière limitée dans le temps, généralement 3 à 6 mois. Les cas plus sévères ou résistants à ces traitements doivent être soignés chirurgicalement. Il existe diverses solutions adaptées à chaque situation particulière (remplacement de l’os par un tendon, prothèse par implant comme pour la hanche, fixation des deux os entre eux). Votre chirurgien vous renseignera sur ces possibilités, leurs avantages et inconvénients respectifs et leurs modalités d’application.

CH8 | Charles-Humbert 8 | CH-1205 Genève
Tel: 022 595 08 08 | Fax: 022 595 08 02 |
Haut de la page